PuceTous les geeks sont sexy... ...istes !

1. Introduction Déjà une connotation sexuelle pour le 1er mot de l'article... Ça promet !

Internet est un outil formidable. On peut avancer sans se tromper que toute question a une phrase, un article ou même un ou plusieurs sites qui lui sont dédiés. Malheureusement, Internet peut être également un triste reflet de notre société. Alors qu'IRL, la plupart d'entre nous essaye (avec plus ou moins de réussite) de se comporter en personne civilisée vivant en communauté, le web devient pour beaucoup une zone de non-droit où tout est possible, où on peut troller, insulter (gratuitement) n'importe qui, manipuler l'information pour l'utiliser à dessein, confortablement installé derrière son écran, protégé par un pseudo (enfin, "protégé", c'est vite dit).

Parmi les utilisateurs qui se risquent dans ce monde parallèle (et impitoyable), se cachent des individus plus nuisibles que votre voisin et plus insupportables qu'un kikoolol, aveuglés par leurs idéologies et les causes qu'ils défendent qu'ils jugent les plus importantes ever (Ce ne sont pas les seuls boulets dans l’immensité du Réseau, mais ils en représentent quand même une bonne partie).

Bien sûr, ces personnes disposent de tout un arsenal pour persuader le chaland qu'elles ont forcément raison : mauvaise foi, phrases retirées de leurs contextes, interprétations douteuses de documents ou de discours, hors-sujets, généralités, tout est bon pour parvenir à leurs fins.

Certaines féministes font partie de ces personnes, et plus particulièrement une féministe. Pas la féministe intelligente, objective, modérée, celle qui argumente, qui cherche à comprendre. Non. Ici, c'est la féministe que je qualifierai de bornée, incapable d’argumenter, qui se positionne en victime. Cette dernière a fait couler beaucoup d'encre (ou plutôt fait chauffé les claviers de nombreux(euses) gamers(euses)), suite à son article dénonçant le sexisme chez les geeks. Si on ne peut nier qu'il y a effectivement du sexisme chez les geeks (à l’instar de la société toute entière), l'article contenant une bonne dose de mauvaise foi, se concentre sur des exemples en généralisant, déformant ainsi la réalité (L’article s’éloigne d’ailleurs bien volontiers du sexisme pour parler de misogynie, de harcèlement sexuel et j’en passe) pour casser du geek jeune cis-homme blanc hétérosexuel vaguement cynique (pour reprendre ses mots) et jouer son rôle de Caliméro victime, faisant passer la quasi-totalité de la communauté pour de vilains machos pas gentils du tout avec les geekettes.

ChunLi
Chun Li (Street Fighter II) : une féministe dans un jeu de combat ?

On notera au passage que Mar_Lard parle de jeune cis-homme blanc hétérosexuel vaguement cynique mais pas des jeunes cis-hommes rebeus, noirs ou asiatiques qui, comme chacun sait, sont des exemples en matière de respect envers la gent féminine.

Il y avait la faim dans le monde, les guerres, les catastrophes naturelles, la disparition des tigres de Sibérie... Maintenant, grâce à Mar_Lard, il y a une nouvelle grande cause mondiale : le sexisme chez les geeks. Vous ne pouvez plus ignorer ce fléau.

Beaucoup de contre-vérités et de hors-sujets apparaissent dans son article, le tout servi par un ton qui annonce déjà la couleur : "Je suis en colère, alors je suis grossière. Si ça te plaît pas, vas te ***** ********* ! Sale **** ** ****, je suis l’égale de l’homme et comme tous les hommes, je dis des gros mots ****** ** ****** ** ***** !". De tournures de phrases familières aux grossièretés assumées, la forme de l'article pique les yeux autant que le fond. Il faut pourtant croire que le message est parfaitement passé car Mar_Lard se plaint de torrents de geeks indignés de se voir stigmatisés, [d']accusations de misandrie ou de racisme anti-geek, [d']insultes misogynes, etc.

Mon article (qui est vraiment long, mais c'est pour la bonne cause) sera donc plus une réponse à Mar_Lard qu'un véritable argumentaire. Je reprendrai les points qui m'ont le plus marqué pour les nuancer et apporter ma vision de geek-homme-blanc-hétéro-vaguement-cynique qui n'a rien contre les geekettes, bien au contraire. Attention, des propos ou des images pouvant heurter la sensibilité des femmes (Une femme sensible : quel cliché !... Ou pas) se sont habilement glissés dans cet article. Bien sûr, certain(e)s y verront de l'ironie voire du cynisme (forcément !), ce qui est le cas. D'autres, comme Mar_Lard, crieront au scandale et à la misogynie, et pour ces personnes, il n'y a décidément plus rien à faire.

Comme j'ai un blog, je vais faire comme beaucoup de monde : une logorrhée (Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais ça fait bien) tout au long de cet article. J'ai du retravailler mon texte plusieurs fois et me censurer pour rester politiquement correct (oui, je fais ce que je dénonce plus bas) et ne pas choquer les âmes sensibles. Mais pas de panique : je vais quand même grommeler et être aigri dans les lignes qui vont suivre. Bonne lecture !

Mon plan très original va reprendre les trois quart des points de l’article de Mar_Lard :

  1. Introduction (Vous venez sûrement de la lire, c’est déjà ça de fait !)
  2. L’industrie
  3. La presse
  4. La communauté
  5. Phénomènes de groupes
  6. Pourquoi ?
  7. Qu'y faire ?
  8. Pour les fainéant(e)s qui ne veulent pas lire mon énorme pavé et qui veulent savoir ce que je pense de toute cette shitstorm, direction la conclusion !

2. L'industrie

Débutons par un domaine indissociable de la culture geek : les jeux vidéo. On en reparlera beaucoup au cours de l'article, le sujet étant très présent dans l'article de Mar_Lard. En plus ça m'arrange car c'est aussi le sujet que je connais le mieux.

L'industrie du jeu vidéo, comme toute industrie, a pour unique but de faire un maximum de bénéfices. Pour sortir un produit, des tas de gens payés pour réfléchir font des études de marché ou s'appuient sur des statistiques pour optimiser la vente. En découlent des publicités qui visent un certain public (le jeune cis-homme blanc hétérosexuel vaguement cynique) car l'étude de marché du produit vendu a conclu que les hommes seraient plus nombreux à acheter ce produit que les femmes. La loi du marché est sexiste. Je sais, c'est dur. C'est pourquoi nous avons droit à une femme à quatre seins (c'est un montage photo, hein, je précise au cas où...) sur la dernière pub Sony pour la PS Vita.

Pub PS Vita
La pub PS Vita "sexiste" et une pub pour Sprox, une marque de chaussures (au hasard).

Fumito Ueda, directeur des merveilleux ICO et Shadow of the Colossus, explique que le héros de son prochain jeu The Last Guardian sera (encore) un garçon

L'industrie donne aussi naissance à d'immondes jeux vidéo dans lesquels un chevalier (fort et viril) délivre une princesse (faible et fragile). Ce genre de jeux est forcément critiqué dans la suite de l'article de Mar_Lard, mais elle n'oublie pas d'écrire tout le bien qu'elle pense du merveilleux ICO qui est un jeu dans lequel Ico (qui est loin d'être viril, en plus) délivre Yorda, une fragile entité féminine. On n'est pas à une contradiction près.

Ico et Yorda
Le très viril Ico et l'entité féminine Yorda.

Il est étonnant qu'elle ne parle pas des jeux dans lesquels le personnage principal est de sexe féminin, se bat et triomphe d'adversaires masculins, extraterrestres ou démoniaques comme Métroïd, Mirror's Edge, Bayonetta ou, bien sûr, Tomb Raider. Je précise que pour les deux premiers, les héroïnes sont quand même bien habillées. Surtout Samus Aran (Metroïd) et sa combinaison qui la fait plus ressembler à un robot qu'à une humaine. Les autres sont certes sexys, mais sont loin d'être de faibles femmes !

Héroïnes de jeux vidéo
De haut en bas et de gauche à droite : Samus, Faith, Bayonetta et Lara Croft.

Mais quitte à fustiger les jeux vidéo (On n'est plus à ça près, vu que le jeu vidéo est la cause de tous les maux de la société), autant le faire bien : Mar_Lard ne crache pas sur la franchise Dead or Alive et dérivés qui a basé son fonds de commerce sur ses combattantes en (très) petites tenues et aux formes plus que généreuses (avec mouvement des seins lors des déplacements des personnages). Dead or Alive Xtreme Beach Volleyball fait encore mieux en prétextant un jeu de beach volley (qui aurait pu s’appeler "Bitch volley", pour le coup) pour mieux mater les héroïnes de la série en maillots de bain (certains étant si petits qu’on se demande si une femme porterait ça IRL). Une licence hyper sexiste, et surtout largement assez connue pour que Mar_Lard la critique abondamment, mais non. Rien. Pas une ligne. C’t’un scandale !

Héroïnes Dead or Alive
A gauche, Dead or Alive 5. A droite, Dead or Alive Xtreme 2.

Le jeu de rôle Oblivion est un autre exemple scandaleux : des portails de téléportation ressemblant fortement à l'intimité féminine sont disséminés sur toute la carte du jeu. Une bonne raison de boycotter cette horreur vidéo ludique pour sa perversité ! Les exemples ne manquent pas.

Portail Oblivion
Portail de téléportation ou vagin brûlant ?

Viennent ensuite ces lieux de débauche et de perdition pour geeks en rut : les conventions et les salons ou foires aux bestiaux. Omagad ! C'est rempli de jeunes femmes court-vêtues, à la plastique avantageuse et qui ne parlent pas : le Paradis ! C'est vrai que les jeux vidéo passent au second plan quand on voit autant de chair fraîche à mater ou même, soyons fous, à aller peloter sans vergogne.

Conventions Jeux Vidéo
Quelques "foires aux bestiaux". J'ai volontairement oublié le salon de l'agriculture.

Pour être allé au Micromania Game Show, je peux affirmer que bizarrement, le public est, ici aussi, en majorité des hommes (enfin pour certains individus à la barbe naissante, c'est moins sûr). Il est vrai que pour profiter des jeux vidéo, on pourrait se passer des Booth Babes. J'ai un léger doute, mais je suis presque sûr que ces jeunes femmes sont payées pour faire ce travail (qui ne doit pas être facile, c'est certain), mais personne ne les a forcées, contrairement à un autre "métier" bien plus dégradant pour lequel les femmes sont aussi court-vêtues et contraintes d'exercer !

Booth Babes E3
Les bestiaux Babes de Tekken Tag Tournament 2 lors de l'E3 2012 et celles de Saints Row : The Third lors de l'E3 2011. Crédits photo : Joits Photography

Et si on parle des Babes, il faudrait peut-être aussi parler des hommes qui ont la même fonction dans les mêmes salons. Certes, ils sont moins nombreux, mais ils sont bien présents. Au Micromania Game Show '09, je me souviens avoir vu un Kratos (God of War) plus vrai que nature (avec moins de muscles que l'original, quand même) et ayant pour seul vêtement une petite jupette gréco-romaine ou un Norman Jayden (Heavy Rain) très classe en costard/cravate.

Kratos en vrai
Kratos lors du Micromania Game Show '09, en moins classe et moins musclé que l'original.

Sans compter qu’en plus d’être sexiste, c’est aussi insultant pour les visiteurs masculins qui a priori viennent par passion du jeu vidéo, pas pour être pris pour des queutards sans cervelle

Pour terminer le paragraphe Babes, je ne pense pas que la majorité des gamers soit des queutards pour reprendre le terme plein de classe employé par Mar_Lard. Déjà, parce que parmi eux se trouvent des LGBT et je doute que les lesbiennes gameuses soient des "queutardes" pour des raisons purement physiques ou que les gays soient attirés par les hôtesses en shorts moulants. Ensuite, parce qu'un homme hétéro reste un homme hétéro. Il voit une jolie fille, il la regarde... Et pas forcément dans les yeux. Les femmes hétéros font pareil avec le sexe opposé. C'est comme ça, c'est la magie de la biologie, des hormones et des phéromones. Je parle des hétéros car l'article de Mar_Lard défini l'ennemi comme un jeune cis-homme blanc hétérosexuel vaguement cynique, je le rappelle, et aussi parce que j'en suis un, je parle donc en connaissance de cause (Oui, je mate les filles dans la rue et dans les salons de jeux vidéo, je suis un gros pervers). Ce que je vois dans ton texte anti-Babes, Mar_Lard, c'est ta jalousie de leurs corps (presque) parfaits que tu n'auras jamais.

EA a encouragé ses fans à harceler sexuellement les hôtesses (pas seulement leurs employées, n’importe lesquelles) et leur proposait des femmes en récompense

Le concours organisé par Electronic Arts à l'occasion de la sortie de Dante's Inferno est plus discutable, surtout en ce qui concerne la récompense pour le gagnant : une nuit de luxure avec deux filles sexy (entre autres). Mais avant de s'enflammer, on peut s'interroger sur le contenu de cette nuit de luxure. Je doute qu'EA a payé des prostituées pour le gagnant de leur concours. Pour gagner, il suffisait de se photographier en compagnie d'une ou plusieurs Babe(s). Pour Mar_Lard, demander à une hôtesse de poser pour une photo revient à faire du harcèlement sexuel (On passera sur le hors-sujet). Oui, oui. Lui mettre une main au cul ou sur les boobs pendant qu'elle pose, je veux bien, mais qualifier de harcèlement sexuel le simple fait de poser une question... WTF ?

Concours Dante's Inferno
Le concours Dante's Inferno qui proposait une nuit de luxure au gagnant.

Comment [les vendeurs] se ruent sur moi dès que je pousse la porte : « vous avez besoin d’aide ?» [...] Comment l’un d’eux avait tenté de me refiler une carte de fidélité rose « spéciale filles » alors que j’achetais God of War

On ne peut pas parler d'industrie sans évoquer les magasins. Ici aussi, la féministe est persécutée. On essaye de lui vendre des jeux pour filles, de lui refiler une carte de fidélité rose et - tenez-vous bien - les vendeurs ont le culot de lui demander si elle a besoin d'aide.
Les vendeurs font leur boulot et ils ne savent pas forcément que Mme. Mar_Lard est une experte en jeux d'action. Il est cependant évident qu'au lieu de diriger automatiquement une femme vers le rayon "Jeux pour filles", ils devraient plutôt se renseigner sur ce qu'elle recherche ou ce qu’elle aime. Mais on ne tombe pas toujours sur des vendeurs compétents, malheureusement. On notera que Mar_Lard s'est fait refiler une carte de fidélité rose alors qu'elle achetait God of War, un jeu dénué de références sexistes, c'est bien connu : scènes de sexe dans tous les jeux de la série, femmes très court vêtues aux (gros) seins nus minaudant et gémissant dès qu'elles aperçoivent le musculeux Kratos, etc.

God of War III
God of War, une série dénuée de références sexistes (Images extraites de God of War III)

Quand je vais dans un magasin de chaussures, la vendeuse (une femme... quel stéréotype !) me demande souvent si j'ai besoin d'aide alors que les clientes autour de moi se débrouillent seules dans cette jungle de sandales, bottes, escarpins, ballerines, godillots, espadrilles, santiags, bottines ou cuissardes (ah non, ça, c'est dans un autre magasin). Si ça se trouve, elle pense que je ne suis pas à ma place. Ou alors - théorie complètement stupide, je l’avoue - elle veut peut-être vraiment m'aider à trouver une pointure ou un type de chaussures particulier.

Juste au cas où ce soit un phénomène isolé, je signale que dans la boutique que j'ai pris l'habitude de fréquenter, c'est souvent une femme qui encaisse mon achat quand j'achète un jeu vidéo et ça ne me gêne pas du tout. Et malgré ma passion pour ce média, j'ai souvent eu droit à la fameuse question : "Je peux vous aider ?" dans toutes les boutiques que j'ai visitées. Je ne dois pas ressembler assez à un gamer.

Les comics. Autant les jeux vidéo peuvent être bridés par des limites techniques, autant le dessinateur (ou dessinatrice) n'a que son imagination pour l'arrêter. Dans les comics, on se retrouve donc avec des femmes aux corps disproportionnés, aux attributs défiant les lois de la physique, tout comme les hommes qui doivent ingurgiter quinze kilos de stéroïdes anabolisants par jour pour être dotés de muscles aux formes incroyables, sans parler de leur taille (le plus petit doit faire environ 2m10).

Les poses « sexy » anatomiquement impossibles [...] Les héroïnes réduites au rôle d’objet sexuel

Et c'est dans le paragraphe sur les comics que Mar_Lard emploie LE terme que tout le monde attendait sur un blog féministe : objet sexuel. Oui, sachez-le : au lieu de regarder du prOn sur internet avec des vraies femmes en chair et en os, le geek préfère mater des héroïnes de comics, objets sexuels aux formes improbables. Elle nous parle même des diktats physiques qui sévissent aussi dans la fiction geek. Alors messieurs/dames les dessinateurs(trices) de comics, faites nous des héros/héroïnes commun(e)s, banal(e)s et sans charisme pour que les féministes bornées puissent s'identifier et ne crient plus au scandale !

Personnages féminins de Comics
Des objets sexuels, fantasmes des geeks blancs hétéros : Psylocke, Star Sapphire (en haut), Witchblade (en bas) et Jean Grey. Fap Fap Fap... Ou pas !

Finissons en beauté avec les espaces technophiles. Morceaux choisis :

un public qui est considéré à tort comme exclusivement masculin

Ou pas. Personne ne pense que le public geek est exclusivement masculin. Mais à dominante masculine, oui (qui signifie une majorité de la population donc pas tout le monde). Mar_Lard ne pourra pas dire le contraire, puisqu'elle avance une proportion de 53% de joueurs pour 47% de joueuses dans la suite de son article.

aux yeux de ton industrie préférée, tu n’importes pas

Au risque de me répéter, le but d'une industrie est de générer un maximum de revenus. Mar_Lard va avancer que pour faire un maximum de bénéfices, l'industrie devrait viser le maximum de publics possible. Malheureusement, l'accueil mitigé des derniers jeux de certaines franchises (Final Fantasy XIII pour sa linéarité ou Resident Evil 5 pour son côté trop action, par exemple) nous prouve qu'en évoluant pour s'adapter au plus grand nombre, un jeu mythique adapté à un public particulier finit par devenir un jeu (plus que) moyen... adapté à personne ou presque !

Lesdits joueurs attendus sont des queutards frustrés qui kiffent les pubs sexistes et qui sont tellement obsédés par les seins qu’ils bandent sur un torse de femme difforme et décapitée

Alors là, j'ai failli tomber de ma chaise ! On passe encore sur le terme queutard que Mar_Lard semble affectionner particulièrement (Elle espère peut-être secrètement en rencontrer un vrai pour satisfaire ses fantasmes) pour se concentrer sur le contenu de cette phrase qui m’a laissé sans voix. Je n'ai jamais bandé sur un torse de femme difforme et décapitée ni même sur un amas de pixels aussi sexy soit-il. Et je ne me sens pas vraiment frustré, tout va bien dans mon couple, merci. Pour avoir une érection, les geeks font comme tout le monde : ils ont une femme (ou plusieurs, certains sont des coquinous), ils regardent du prOn, ils ont un poney ou des objets étranges en latex... Mais je suis presque sûr qu'aucun geek mâle n'a bandé sur le buste de l'édition collector de Dead Island Riptide (ou alors, il a un sérieux problème !).

Buste collector Dead Island Riptide
Oui : d'après Mar_Lard, on peut bander sur cet objet. Non, elle n'a pas honte.

Une comm' qui prend soin d’insulter ceux qu'elle cible

Je ne me sens pas insulté par les pubs de jeux vidéo. A moins que "sale blanc hétéro" soit devenu une insulte. Je vois du second degré dans les pubs, mais je me trompe peut-être. Il faut donc tout prendre au sérieux, même les jeux vidéo...

C’est prendre son public masculin pour des cons (et attirer les vrais connards : on a le public qu’on mérite)

Merci pour les joueurs qui possèdent une machine Sony. Tous les joueurs qui ont le malheur de jouer à un jeu ou avec une machine dont la pub est jugée sexiste par certaines féministes sont donc des connards. Mar_Lard, tu es décidément très crédible en généralisant ainsi et en insultant une bonne partie des geeks, en plus d'insulter Sony.

3. La presse

Après l'Enfer de l'industrie, passons aux démons de la presse. Et (re)commençons avec les Babes. Mar_Lard s'émeut de voir, sur certains sites, de répugnants dossiers sur les Babes à l'issue de chaque grande convention. Des dossiers avec les meilleures photos des hôtesses présentes aux différents stands. Je conçois que là encore, le jeune cis-homme blanc hétérosexuel vaguement cynique est visé. Mais sous prétexte que des femmes fréquentent les sites de jeux vidéo, il faudrait s'en passer ? Personne n'oblige les femmes à cliquer sur ces dossiers. Et les Babes faisant partie des salons, pourquoi ne pas en faire profiter aussi les lecteurs de la presse spécialisée ? Perso, je parcoure rarement ces dossiers (Non, vous n’êtes pas obligés de me croire), mais il y a une demande, n'en déplaise aux féministes jalouses.

Dossier JVC Babes TGS 2010
Un répugnant dossier sur les babes du Tokyo Game Show 2010

La suite s'attaque à un article du magazine Joystick consacré à la poitrine de Lara Croft. Point sensible, tant l'anatomie de cette icône du jeu vidéo a déchaîné les passions quand elle a fait son apparition sur nos écrans en 1996. Il y avait les "pros", ceux qui s'en foutaient (dont je faisais partie), et... les féministes qui, à cette époque, faisaient déjà chier protestaient déjà contre les gros seins des héroïnes dans les fictions.

Lara Croft 1996
Lara Croft en 1996. C'est vrai que sa poitrine est ultra réaliste... C'est à s'y méprendre. Tout comme son visage anguleux ou sa taille de guêpe tout simplement improbable !

Si on peut se poser des questions quant à la pertinence de l'information délivrée par Joystick, on ne manquera pas de remarquer l'interprétation qui en est faite par Mar_Lard, de mauvaise foi et surtout déformant les propos de l'article pour assoir ses convictions.
Le magazine déplore la fonte de la poitrine de la belle tout au long de l'article pour finir par se demander si on ne va pas se retrouver un jour avec une Lara pourvue uniquement de pectoraux - dans le meilleur des cas - voire de cavités (ou des pectoraux "à l'envers") si la poitrine de Lara continue de rétrécir au fil des épisodes. Humour, second degré, bref... ce n'est pas de l'humour de haute volée, mais Mar_Lard aura tôt fait de traduire tout ceci par : les joueurs mâles bourrés de testostérone pensent qu'une "vraie" femme doit avoir des "melons greffés" sur la poitrine. Elle pense même que la Lara version 2013 est qualifiée de Lara "Chabal" (en référence aux pectoraux) par Joystick alors que c’est loin d’être le cas.

Lara Croft 2013
Lara Croft "version 2013". Pas de melons greffés sur la poitrine, des proportions réalistes et beaucoup plus de sex-appeal qu'en 1996 !

Elle passe sur les petites piques antiféministes de l'article, n'ayant pas de contre-argument. Pire, elle reprend une de ces piques pour déformer (encore) les propos de Joystick. En effet, le magazine fait référence à l'idéal du 95 en se moquant au passage de l'oubli de la lettre qui donne effectivement la taille des seins (et donc du bonnet), en écrivant que faire du 95 (sans lettre), c'est ressembler à Sébastien Chabal et non à une femme. Mar_Lard en déduit donc que le rédacteur (qui est une rédactrice, en plus) pense que Lara ressemble à Sébastien Chabal (CQFD) et préfère critiquer avec mauvaise foi le reste de l'article qui n'en demandait pas tant.

D'autres magazines ont eu des mauvaises idées, comme Consoles+ qui a publié un psycho test Quel joueur es-tu ? dans son n°243, parodiant ceux qu'on peut trouver dans la presse féminine ("Quel film d'amour vous correspond ?", "Quel sport pour maigrir ?", "Calculez votre degré d'émotivité", et autres sujets tous aussi pathétiques les uns que les autres...) quand vient l'été.
Le test de Consoles+ est rempli de clichés féminins. A moins d'être aveugle, impossible de les rater. On voit clairement que le magazine ne se prend pas au sérieux une seule seconde avec ce test et se moque au passage des magazines féminins. Mais pour Mar_Lard, qui a beaucoup de mal avec le second degré, c'est inacceptable.

Psycho test Consoles+
Enfin un magazine de jeux vidéo qui s'adresse aux femmes ! /taunt

[le journaliste] écrit pour les geeks qui lui ressemblent, à l’exclusion de tous les autres publics. A l’heure où 47% des joueurs sont des femmes, la presse JV papier mourante s’accroche désespérément à son coeur de cible... [...] J’ignorais alors à quel point c’était prophétique

Elle se félicite d'ailleurs d'avoir prédit la mort de ces recueils de propagande macho, bien fait pour eux ! Il y avait Jésus, Mahomet ou Hildegarde de Bingen. Nous avons maintenant Mar_Lard, prophétesse des féministes. Je parlais d'idéologie en introduction, mais pour Mar_Lard, le féminisme est plutôt une religion.

C'est au tour de Canard PC d'avoir droit à sa critique gratuite. En cause : son article "Des jeux pour tous. Vraiment tous ?". Là aussi, un petit tacle de circonstance envers les féministes revanchardes et leur sens de la mesure s’est glissé dans l'article, et là aussi, Mar_Lard préfère ne pas en parler. Je vais donc le faire pour elle.
L'article ironise donc sur le sens de la mesure des féministes. J'ai bien peur que ce soit justifié, quand on voit comment certaines d'entre elles défendent leur cause (manifestations spectaculaires à moitié ou complètement nues, propos agressifs). Que dire des scènes de sexe (implicites, mais quand même) ou des femmes aux seins nus dans (tous) les God of War ou des combattantes de la franchise Dead or Alive ? Je suis sûr que les féministes comme Mar_Lard savent rester mesurées dans leurs propos au sujet de ces jeux !

Stereotype geek
Le sens de la mesure des féministes ? Je lole.

L'article de Canard PC se termine par la phrase : L'incubateur de jeux Pixelles est un programme de création de jeux vidéo pour femmes. Le magazine se moque gentiment du double sens de la phrase qui pourrait indiquer que la créatrice de Pixelles serait une féministe revancharde. Je suis certain que Mar_Lard a compris ce double sens mais elle cherche encore ce qu'il y a d'approximatif. Il ne faut pas avoir fait Normale Sup' pour comprendre que pour femmes peut qualifier le programme de création de jeux vidéo (ce qui est le cas ici) autant que le terme "jeux vidéo" (ce qui voudrait dire que le programme crée des jeux vidéo pour femmes). On ne peut donc pas nier qu'il y a un possible double sens... Par contre, ça peut ne pas faire sourire !

On termine le chapitre Presse avec des pseudo-journalistes qui insultent effectivement les gameuses et / ou stars féminines de la culture geek sur Twitter. Là, rien à dire, aucune communauté n'est exempte de boulets, abrutis ou gros beaufs. Malheureusement, une minorité se démarque et c'est toute la communauté qui est cataloguée par certaines féministes. C'est comme les jeux vidéo violents qui incitent les tueurs en série à passer à l'acte. Un mec tue des innocents dans une école, alors interdisons les jeux vidéo violents, même si la plupart des gamers qui joue à ce genre de jeux n'a jamais tué personne. Un mec insulte les geekettes ? On est tous des gros beaufs machos. Le sens de la mesure des féministes ? Pfff... Une légende !

4. La communauté

On commence ce magnifique chapitre avec l'exemple du Cross Assault, un tournoi de jeux de combat organisé par Capcom. Si cet exemple est édifiant, il s'écarte bien volontiers du "sexisme chez les geeks" pour parler de "harcèlement sexuel chez les geeks", qui sont pour moi deux choses bien différentes.
Mais en présentant le calvaire de la joueuse Miranda Pakozdi, Mar_Lard était sûre de toucher un maximum de geeks qui n'imaginaient pas que de telles choses puissent exister dans leur communauté. Le harcèlement sexuel existe malheureusement partout. L'exemple donné est effectivement détestable, et je suis sûr que les abrutis de boutonneux confortablement installés derrière leurs claviers lors de ce chat auraient moins fait les fiers s'ils avaient été seuls, en face à face avec Miranda.
Tout le monde a sa part de responsabilité dans cet acte isolé : le coach de l'équipe de gamers, les joueurs, et malheureusement Capcom qui a laissé faire. Là, il n'y a rien à défendre et cet acte mérite plus d’être porté à l’attention de la justice que de figurer comme un simple exemple de sexisme.

S'en suivent quelques exemples de messages reçus par des gameuses au cours de leurs sessions de jeux en ligne. Là aussi, je ne peux que déplorer ce genre de comportements très répandus, si on en croit Mar_Lard. Personnellement, en 1 000 heures de Counter-Strike : Source et en pas loin de 600 heures de MMORPGs divers, je n'ai jamais vu ce genre de messages.
Cela dit, étant un vieux con trentenaire, je constate que la plupart des désagréments subis dans les jeux en ligne viennent presque toujours de la même population : les boutonneux frustrés qui se prennent pour des hommes d'un âge compris entre 12 et 18 ans : "ge jou a dé je 18+ troLOLOLOL MDR !§§!!§!11". J'ai laissé la (non)ponctuation et les fautes pour mieux identifier cette population qui parasite la communauté. Certains individus plus âgés sont aussi de vraies plaies sur la toile : comme dans la vraie vie, il y a des connards partout et c'est malheureusement souvent ceux qu'on entend ou voit le plus. Ce phénomène étant décuplé par l'effet de groupe, l'anonymat relatif et une certaine immaturité, mais on va y revenir.

Message MW3
Message issu de Call Of Duty : Modern Warfare 3 (Un jeu classé PEGI 18) envoyé par un joueur supposé avoir 10 ans. Comme dirait Madeleine à Germaine, au marché le samedi matin : "Rooooh... Mais que font les parents ?"

Le reste du chapitre consacré à la communauté dévie beaucoup vers le harcèlement "tout court". On ne parle plus de sexisme, mais de l’expérience de moqueries ou du harcèlement, [d']agressions sexuelles, de menaces, [d']homophobie, ça part un peu dans tous les sens, en fait.

Plus bas, Mar_Lard revient sur une de ses aventures sur un forum geek dans lequel elle a commis le crime d’écrire au féminin. Dans un cas, réponse misogyne particulièrement violente; dans l’autre, paternalisme insupportable envers la p’tite dame.
Donc sachez que pour ne pas froisser la susceptibilité des femmes, il ne faut pas être trop méchant, mais pas trop gentil non plus pour ne pas faire preuve de paternalisme. Choisissez bien vos mots et vos phrases avant d'écrire à une femme sur internet, elle pourrait mal interpréter vos propos.

Tits or GTFO
Un message (trop) souvent lu sur les forums de la communauté : [Montre tes]Nichons ou dégage
(Tits or Get The Fuck Out)

On saute quelques pages de "C'est trop injuste...", "Les mecs sont misogynes ...", "Ma copine féministe, qui ne fait que soulever le problème du sexisme sans penser à mal, se fait insulter / menacer...", "Je suis gentille, c'est les mecs qui sont méchants, ouin, ouin..." et on tombe sur : Si vous vous en souvenez, j’avais prévu dans le texte que mon dernier article n’allait pas manquer d’attirer les insultes de geeks outrés.
Forcément, en insultant une communauté majoritairement masculine (même si la proportion n'est que de 53 / 47 d'après Madame Irma), fallait pas s'attendre à un torrent de félicitations et d'acclamations ! Le pire, c'est qu'elle se félicite des réactions forcément hostiles : Tout ça parce que j’ai évoqué le sexisme geek. C’est vraiment trop gentil d’en faire la démonstration, les gars.

Caliméro
J'ai peut-être une explication à défaut d'une réponse objective.

Tiens, je vais écrire un article à charge contre les ornithorynques nains de Moldavie septentrionale. Je ne serais pas étonné qu'ils soient outrés et qu’ils m’insultent (oui, ils savent écrire et parler), alors que je ne ferais que dénoncer les persécutions qu’ils me font subir. Cet exemple moisi illustre bien le ridicule de la situation et la manipulation habile de l'information pour forcer les geeks (assez faibles d'esprit pour ne pas voir le piège) à prouver qu'ils sont crès crès méchants.

5. Phénomènes de groupes

Et là, surgit de nulle part, au milieu de dizaines de lignes à charge, un miracle arrive. Attention, ça ne dure que deux lignes, on pourrait presque passer à côté : Mar_Lard veut bien admettre que tous les geeks ne sont pas d’immondes machos; bien sûr, toute cette merde est le fait d’une minorité très active. Faut pas le dire trop fort non plus.

Après cet interlude, c’est reparti de plus belle en généralisant un peu : il s’agit d’une minorité complètement tolérée, voire encouragée par la communauté. Bien sûr. En ce qui me concerne, je condamne le sexisme ("exagéré", hein, une femme aux seins nus dans God Of War n’est pas du sexisme pour moi, pas plus que le fait de ne pas pouvoir jouer une femme dans Splinter Cell) dans les jeux vidéo (et ailleurs) et j'ose croire que la majorité de la communauté geek pense comme moi. Oui, je suis naïf. Je dois être une femme, en fait. (Hop, auto-flagellation et cliché sexiste... Achievement unlocked !)

Je ne détaillerai pas les dizaines de lignes qui suivent, elles reprennent inlassablement les propos des chapitres précédents : la communauté geek est composée à 99% de sales machos, misogynes, racistes, homophobes, mangeurs de chatons et violeurs d'enfants, de pervers de la pire espèce qui harcèlent les jeunes femmes innocentes et si ça se trouve, ils sont aussi gothiques, participent à des rites satanistes et écoutent du death metal, en plus d'être gros et moches !

Stéréotypes geeks
Tous les geeks sont comme eux. Comment ça, je généralise ?

Il est évident que porté par le phénomène de groupe, certains individus dépassent les bornes. Mais de là à cataloguer toute la communauté, faut p'tet' pas exagérer. Ce qui dérange le plus, comme le dit Mar_Lard, est que ces individus se retrouvent de temps en temps sur le devant de la scène (des professionnels, des membres de tel ou tel groupe reconnu...) et font passer la majorité des geeks pour ce qu'ils ne sont pas.

Déclaration George Lucas
Déclaration de George Lucas. Pas de doute, il aurait du s'arrêter à Star Wars IV, V et VI...

Mar_Lard nous demande d'ailleurs si Ça ne vous dérange pas que ce soient des mecs comme ça qui vous représentent ?. Perso, je ne me sens pas représenté par ces individus. Je n'ai rien à voir avec eux et je ne cautionne pas du tout leurs propos ou leurs agissements. Mais à mon petit niveau (je joue peu en ligne, en plus), je ne vois pas comment lutter contre les comportements de cette minorité (j'insiste). Comme Mar_Lard d'ailleurs, qui, malgré son éloquence et son assurance, n'a pas réussi à s'imposer dans les situations qu'elle décrit tout au long de son article.

Parlons maintenant de la présentation de la nouvelle console de Sony : la PS4. Pas une femme sur scène lors de cette conférence ! Si ça, ce n'est pas de la persécution et un signe évident de misogynie... Comme toute notre société, Sony doit être politiquement correct. Il faut faire très attention à ce qu'on dit (ou ce qu'on ne dit pas), ce qu'on fait (ou ce qu'on ne fait pas), sinon on a vite fait de passer pour le grand méchant raciste / misogyne / homophobe / xénophobe (rayer les mentions inutiles).

Présentation PS4
zOMG ! C'est un homme blanc (peut-être) hétéro qui a présenté la PS4 ! Sony est raciste, misogyne et (peut-être) homophobe... Ou pas !

La dernière pub de la société X ne fait pas apparaître de zglorg bleu à trois yeux de la planète Xurg ? Pas de doute, cette société est zglorg-bleu-à-trois-yeux-ophobe ! On a soi-disant la liberté de s'exprimer, mais seulement si on est un Bisounours sans personnalité, sans avis, sans opinion (ou alors avec des opinions orientées "arc-en-ciel-choupinou"), et bientôt asexué car c'est injuste qu'on ne puisse pas choisir son sexe.
C'est ça, la démocratie politiquement correcte du XXIème siècle : tu peux dire ou faire ce que tu veux tant que tu n'as pas de parti-pris (volontaire ou non). Et oui, avoir un parti-pris, c'est forcément être contre quelque chose ou quelqu'un, et ça, c'est maaaaaal.
Ca n'empêche pas de condamner les cas les plus graves, mais il faut éviter de s'enflammer pour pas grand-chose. Oui, je pense que l'absence de femme lors de la conférence de Sony, c'est "pas grand-chose". Et pourtant, je suis plus que pour l'égalité des salaires hommes/femmes à poste équivalent, des postes à responsabilités ouverts aux femmes, etc.

Pensée unique
Prochaine étape après le "Politiquement correct"... J'ai hâte !

Maintenant, il faut qu'il y ait au moins une femme à chaque présentation d'un jeu vidéo ou d'une console pour ne pas être misogyne. C'est vrai que c'est super important. Perso, la PS4 aurait été présentée par une femme Noire et homosexuelle, je n'aurais jamais crié à la misandrie, au racisme ou à l'hétérophobie. L'important, c'est la PS4. Je n'avais d'ailleurs pas prêté attention à la forme de la présentation, me focalisant plutôt sur le fond. Pour d'autres, le plus important, c'est l'absence de femmes lors de cette conférence. Chacun ses priorités.

L'exemple d'un père qui a hacké Donkey Kong pour que ce soit la princesse (dirigée par sa fille de 3 ans) qui sauve Jumpman se passe de commentaire. Les réactions suscitées par ce hack sont effectivement lamentables et doivent être condamnées. Mais encore une fois, portés par le confortable anonymat d'internet et l'effet de groupe, des blaireaux frustrés cherchant vraisemblablement la reconnaissance de leurs pairs postent des commentaires misogynes en espérant passer pour un vrai gamer viril aux yeux de tous. Si ça fonctionne plutôt bien avec leurs con(génères), je me sens complètement étranger à ces personnes et leur vision des choses.

6. Pourquoi ?

Revenons sur la composition de la communauté geek selon Mar_Lard, si tant est qu'on puisse définir cette communauté : les geeks (hommes) trentenaires seraient de perpétuels ados couillus et paillards, obsédés par les nichons mais terrifiés à l’idée qu’une femme infiltre leur petit boy’s club. La faute à la glorification de l'immaturité. Je ne savais pas que les geeks trentenaires glorifiaient l'immaturité. C'est un secret pour personne : les hommes sont d'éternels ados. Mais de là à les taxer de glorification de l'immaturité... Ô Immaturité ! Gloire à toi !
La (fausse) immaturité des geeks n'empêche pas d'être sérieux et responsable quand le besoin s'en fait sentir (Je suis marié, j'élève ma fille, je paye mes factures, je fais même construire ma maison). Ici, nous parlons de loisir(s). Pourquoi devrions-nous jouer avec sérieux, lire des mangas avec sérieux, regarder des séries avec sérieux ? On se prend bien assez la tête avec le travail, les factures, les soucis du quotidien.

Ados couillu et paillard, obsédé par les nichons

Oui, j'ai vérifié ce matin sous la douche, je suis couillu. Paillard, il m'arrive de l'être avec mes potes, je ne vois pas le problème. Et comme tout homme hétéro, sans aller jusqu'à la pathologie obsessionnelle, j'aime bien les nichons. 'Toutes façons, c'est pas vrai : on n'est pas obsédés par les nichons... On est obsédés par les cu... euh je disais : je suis loin d'être terrifié par l'infiltration des femmes dans la communauté geek. Même le film Saw ne me terrifie pas... C'est dire ! (Ouais, j'suis un dingue). Il y a quelques années, je jouais à Counter Stike Source avec des gameuses (certaines étaient même plutôt mignonnes), tout se passait bien, et j'étais plutôt content d'entendre autre chose que "Cheateur", "Enc***", "Batard", "Fils de p***" et autres "Je nique ta mère" dans mon casque !

Tapis de souris
Les geeks sont tellement obsédés par les nichons qu'ils en mettent partout pour pouvoir en toucher (Faute de pouvoir en toucher des vrais, car il est de notoriété publique que les geeks sont tous puceaux et mariés avec leur main droite)

Si Mar_Lard se plaint du sexisme, certains geeks se plaignent de l'image caricaturale véhiculée auprès du grand public par la série TV The Big Bang Theory. Forcément, les fans de vraies séries avec un scénario qui tient la route, des twists, des personnages profonds et des fins d'épisodes toujours coupés "au bon moment" pour se jeter sur la suite restent sur leur faim avec cette sitcom.
Oui, TBBT est une sitcom et non une série, avec ses codes et ses rires enregistrés, à prendre au second degré. Les pros des séries qui ont vu toutes les saisons de 20 séries différentes en VOSTFR ("Pasque la VF c'est pour les noobs, et les voix françaises, elles sont trop pourries") doivent passer leur chemin au risque d'être effectivement déçus. Oui, je regarde TBBT, oui, je suis un vrai fan de ces caricatures, oui, je me marre à chaque épisode et oui, je regarde cette série / sitcom en VF et je vous prout.
Comme certaines féministes, les pauvres geeks blessés par ces caricatures feraient bien eux aussi de se décoincer et arrêter de se positionner en victimes.

Kaley Cuoco
Penny (Héroïne de la série The Big Bang Theory pour ceux qui vivent dans une grotte depuis plusieurs années) est une pouffe, blondasse aux yeux globuleux d'après John Plissken.
Soit il est blasé car marié à Miranda Kerr, soit ses yeux lui font défaut.

Nous arrivons presque au terme de l'article de Mar_Lard avec une magnifique image que je m'empresse de partager car pour moi, elle résume parfaitement la cause du Problème : la communauté geek (ou plutôt la communauté geek / gamers) est née avec les hommes blancs hétérosexuels (aujourd'hui trentenaires) qui subissaient des moqueries à cause de leur timidité, leurs physiques peu avantageux (pour certains), leur inaptitude à s'intégrer, à créer des liens sociaux, à être populaires. Pour Mar_Lard, c'est bien sûr faux sur toute la ligne car des femmes ont participé à la mise au point des premiers ordinateurs qui permettent aujourd'hui de jouer avec nos jeux vidéo sexistes.
Il faudrait d'ailleurs peut-être préciser, une bonne fois pour toute, les frontières de cette fameuse communauté geek, parfois constituée uniquement de machos misogynes, parfois intégrant aussi de "gentils geeks" qui se sentent persécutés (eux aussi). Et maintenant, on nous dit que cette communauté est aussi constituée de femmes geeks depuis la nuit des temps. Les frontières de cette communauté sont donc à géométrie variable, pour servir au mieux le but de l'article de Mar_lard : prouver que les geeks / gamers sont tous très vilains avec les femmes.

La cause du sexisme chez les geeks
La cause du sexisme chez les geeks : de 1995 (et même avant) à 2005, le geek / gamer est un looser, méprisé par les femmes.
A partir de 2006, les jeux vidéo et les geeks deviennent de plus en plus cools jusqu'à ce que les bien-pensant(e)s jugent que les jeux vidéo sont sexistes et pas adaptés aux besoins des femmes.

Pour détailler ce qui constitue - pour moi - la cause de tous les maux subis par les femmes dans la communauté geek (et aussi parce que je suis fainéant), je vais faire un honteux copier/coller d'un commentaire de l'article de Mar_Lard, posté par Pillérik Dannay, qui écrit mot pour mot ce que je pense (et qui le fait bien, en plus) :

Le problème est que la communauté geek a trop longtemps été justement un refuge pour les hommes, blancs, hétéros qui se sont construit une communauté où ils seraient entre eux. Je parle évidement de la génération antérieure, celle qui a mis dans l’informatique, ce qu’elle n’avait pas dans le social. La communauté est devenue leur vie sociale ou les démons à fuir étaient les femmes, les mecs populaires trop up pour passer un samedi soir sur IRC, mais surtout les femmes. Les femmes et les geeks c’est une grande histoire. Les femmes n’aiment pas les geeks et les geeks leur rendaient bien. C’est difficile d’arriver dans une communauté où les femmes globalement ont enfermé tous ceux qu’elles ne voulaient pas et dire, maintenant votre monde nous intéresse et on voudrait y bien y participer d’égale à égale. Dans un monde parfait c’est ce qu’il faudrait je te l’accorde. Dans la réalité, tu ne peux pas gommer deux décennies d’amertume entre sexes comme ça.

Mar_Lard est bien naïve en se posant cette question : Même si [la naissance de la communauté geek avec les hommes blancs hétéros] était vraie, en quoi cela justifierait-il leur refus d’accueillir de nouveaux publics ?. Mar_Lard, relis bien la réponse de Pillérik Dannay, il a mille fois raison. Rien à ajouter, je crois que c'est assez explicite.

7. Qu'y faire ?

La conclusion de l'article donne quelques liens de propagande pour s'informer et apprendre les sciences sociales. Car sachez-le, on peut théoriser les relations humaines à l'aide d'études objectives. Oui, il est possible d'établir des lois immuables sur les interactions qui régissent nos sociétés constituées d'individus aux comportements parfaitement aléatoires et donc imprévisibles. L'humain étant en plus doté de l'esprit de contradiction, je suis sûr que certains individus seraient capables de se comporter d'une façon complètement différente de ce qui est attendu juste pour faire mentir ces théories.
Bien sûr, je provoque les gens qui prennent ces sciences au sérieux (ou même qui en vivent) : pour moi, les seules théories valables sont celles basées sur des faits avérés et démontrables comme les mathématiques et les sciences qui en découlent (et The Big Bang Théorie Theory). Des théories basées sur des statistiques comportementales fluctuant au gré des sondages ne sont pas des théories mais des tendances.

Sociologie compliquée
Les sciences sociales, C tro dure lol (© K3v1n)

Pas la peine de faire des sciences sociales pour comprendre que dans 95% des cas, dans un groupe donné, les méchants sont représentés par la majorité et les gentils par la minorité. Cette théorie fonctionne avec toutes les communautés, et on a un bel exemple avec l'article de Mar_Lard : la (gentille) minorité féministe est persécutée par la (méchante) majorité de jeunes cis-hommes blancs hétérosexuels vaguement cyniques.

Pour sensibiliser son public, Mar_Lard a pris soin de parsemer [son] article d’une multitude de liens qui de clic en clic [nous] mèneront de plus en plus loin. Oui, on en vient même à se demander si son article n'est pas plutôt un recueil de liens distillant la propagande féministe / Bisounours politiquement correct qu'une vraie dissertation sur le sujet.

N'importe quelle communauté ne sera jamais exempte d'injustice pour une seule bonne raison : n'importe quelle communauté ne peut être composée d'une égalité parfaite entre deux groupes ou plus (ou alors le hasard fait bien les choses !). Même avec un ratio de 50.1% / 49.9%, il y a déjà une inégalité et une possible discrimination. Et je vous dis pas avec une communauté composée de trois groupes : même en sacrifiant un membre d'un des groupes et en le divisant en 3, impossible d'avoir l'égalité parfaite (pour les nul(le)s en maths, 100/3 = 33.333333333...3 à l'infini) !
De plus, les individus composant notre société évoluée ont un besoin d’appartenance. Comme aurait dit mon ancien prof de Philo : "C'est dans la nature humaine" (C'est la seule phrase que j'ai retenu en une année de cours, le reste du temps je travaillais mes algorithmes).

Mar_Lard propose également de faire savoir qu'on est en désaccord en exigeant des contenus de qualité. Pour moi, un Gran Theft Auto est un jeu de qualité, malgré son contenu clairement réservé aux adultes sains d'esprit qui ne crient pas au sexisme quand ils voient des prostiputes déambuler sur les trottoirs de Liberty City. Mais si on traduit "de qualité" en langage féministe, il faut comprendre : "édulcoré" de toute référence sexiste. Faisons donc pareil pour tous les médias et toutes les discriminations. Vite, j'ai hâte de jouer à des jeux sans intérêt, regarder des films soporifiques (bon, ça existe déjà avec le cinéma français, mais ce n'est pas une raison), ou lire des livres insipides. Je ne suis pas pour toutes les choses caca comme le racisme, le sexisme, etc., mais il faudrait aussi éviter de tomber dans l'excès et la paranoïa.

Jeux de qualité
Grand Theft Auto IV, Bayonetta et Saints Row The Third.
Des jeux de qualité... Mais ça dépend pour qui !

8. Conclusion

Que penser de tout ça ? Première chose : la taille de ce billet, assez conséquente, est justifiée par ma réaction lors de la lecture de la prose de notre amie féministe. Elle pourra ainsi constater une n-ième levée de bouclier contre ses idées, même s'il n'en est rien. En effet, je reconnais volontiers qu'il y a des blaireaux et des abrutis chez les geeks... comme dans n'importe quelle autre communauté. Tous les chasser relève de l'impossible et représenterait une discrimination ! Ils pourraient ainsi se plaindre d'être incompris, persécutés, etc.

Strange
La main au cul : un classique pour énerver une féministe.

L'industrie, quant à elle, répond à une demande. Elle sait très bien comment s'y prendre pour faire un maximum de profits. Tous médias confondus, le public recherche quelque chose d'excitant pour reprendre les termes de l'article du magazine Joystick qui a mis le feu aux poudres. "Excitant" dans le sens "intéressant, divertissant, incroyable".
Nous vivons dans une société pervertie pleine de pulsions refoulées à cause du politiquement correct. Ceux qui refusent cette affirmation sont des hypocrites. Il ne faut donc pas s'étonner qu'on retrouve cette perversion dans les médias et plus particulièrement dans certains jeux vidéo.
Dans les mondes virtuels, on a la liberté de faire ou ne pas faire. Il faut juste savoir faire la différence en le réel et le virtuel. C'est d'ailleurs pour ça que les jeux sont classés par catégorie d'âges, comme les films. Ok, personne ne respecte cette signalétique, mais si elle existe, ce n'est pas pour rien.

PEGI
La signalétique PEGI respectée par personne, et surtout pas K3v1n, trop content que ses parents le laissent jouer à des jeux 18+ LOLOLOLMDRXPTDR !!11!§§! (Oui, le K3v1n aime rire en CAPSLOCK).

Dans tous les cas, le fait de pouvoir faire en virtuel ce qu'on s'interdit dans le réel fait vendre. Et franchement, les pubs Sony (pour ne citer que celles-là) m'horripilent beaucoup moins que la dernière pub Carglass qui me donne envie de jeter ma TV par la fenêtre à chaque diffusion (mais je m'abstiens car j'en ai besoin pour jouer à mes jeux vidéo sexistes !)

La presse a peut-être un rôle à jouer. Il est certain que quelques journalistes manquent de finesse ou sont même parfois franchement lourds et du contenu pouvant heurter la sensibilité des féministes / homosexuel(le)s / toute personne qui n'est pas un homme blanc hétéro vaguement cynique ne devrait jamais paraître. Mais il ne faut pas non plus tomber dans l'excès inverse : une information ultra sérieuse et ennuyeuse à souhait !

La communauté, elle, a un sacré boulot à faire. Mais essayer de discuter et éduquer un kikoolol d'environ 14-15 ans relève de l'exploit ("t pa ma mer LOL XD"), surtout par clavier interposé. Il existe malheureusement aussi des trentenaires machos et misogynes et pour eux le mal est déjà fait. On ne pourra jamais forcer quelqu'un qui n'a pas les mêmes opinions que soi à penser autrement, même si cet "autrement" est plus respectueux d'autrui.

En parlant de communauté, il faudra qu'on m'explique, une bonne fois pour toute qui est cette communauté geek. On le sens d'ailleurs tout au long de l'article de Mar_Lard : la communauté geek serait un immense sac dans lequel se retrouvent le gamer (bien sûr), mais aussi le fan de Tolkien qui est capable de regarder tous les films de la trilogie du Seigneur des Anneaux version longue les uns à la suite des autres, le kikoolol qui pense être un homme en jouant à des jeux pour adultes, le journaliste de Linux Magazine, le collectionneur de mangas, le docteur en physique appliquée, le technophile addict des derniers gadgets à la mode, le pro-Apple qui fait la queue à 3h du mat' devant son magasin préféré pour acheter l'iPhone 12 avant tout le monde, le cosplayeur, le hackeur, le programmeur, la mamie qui découvre internet, l’addict à Facebook, le fan de science-fiction, le papy qui sait se servir de la télécommande de sa box internet, etc. En fait, on ne sait pas qui est cette communauté geek, dont tout le monde revendique l'appartenance.
Dans l’esprit du grand public, un geek est une personne qui sait se débrouiller (à peu près) avec une machine électronique. Tout le monde est geek du coup, vu que (presque) tout le monde a un PC à la maison. Le mot "geek" est d'ailleurs tellement galvaudé qu’il n’a plus vraiment de sens : tout le monde s’autoproclamant geek à partir du moment où il sait envoyer un SMS sur un smartphone ou cliquer sur l’icône d’Internet Explorer pour parcourir le web.

Diagramme geeks
A l'aide de ce magnifique graphique (oui, je dessine mal à la souris, mais c'est pas mieux à la tablette graphique), le doute n'est plus permis : les geeks sont en majorité des jeunes cis-hommes blancs (hétérosexuels et cyniques, c'est plus difficile à savoir !).

Je parlais du sentiment d’appartenance un peu plus haut, et c’est bien de ça dont il est question. Comme je l’ai dit (et vécu dans mes jeunes années) : les hommes blancs hétéros un peu trop timides ou mal à l’aise avec les filles durant leur adolescence se sont créé leur communauté pour satisfaire un besoin parfaitement décrit par Abraham Maslow (Non, pas le besoin de se reproduire, bande d’obsédés).

Pyramide Maslow
La célèbre pyramide de Maslow.

En l’espace de quelques années, le geek est alors passé de ringard / looser à cool / hype grâce à l’essor des technologies numériques, désormais présentes dans tous les foyers ou presque. Ce nouveau statut a focalisé l’attention du grand public sur cette communauté jusque-là discrète et les femmes qui n’avaient d’yeux que pour les bad boys (trop) sûrs d’eux ou les mecs populaires ont finalement décidé que c’est trop cool d’être geek et qu’intégrer leur communauté ne serait pas une si mauvaise idée.
La communauté déjà en place n’étant pas rancunière mais pourvue d’une bonne mémoire et n’ayant pas trop envie de se remettre en question, on ne s’étonnera pas de voir des propos sexistes lors des parties en ligne, des moqueries çà et là, voire pire (malheureusement) pour ceux qui pensent avoir des comptes à régler !

Je ne nie pas qu’à l’époque, des filles jouaient déjà aux jeux vidéo ou codaient dans leur garage. Mais, honnêtement, quel pourcentage ? Au lycée, je connaissais une seule fille gameuse (fan de Sega et du magazine Mega Force) aussi timide que moi, pour un nombre bien plus important de gamers…

Mon explication ne convaincra sûrement que ceux qui s’y reconnaitront et n’excuse rien, mais ce n'est pas avec un article à charge contre les geeks (excepté deux lignes), rédigé par une féministe plutôt virulente, rempli de généralités, de contre-vérités et d’informations biaisées que les mentalités vont changer. Au contraire, je dirais même que c'est contre-productif. Et justement, suite à cet article, Mar_Lard en a pris pour son grade (oui, je suis poète à mes heures). Et après elle va se plaindre : "vous voyez, hein, je ne mens pas : les geeks mâles hétéros blancs m'insultent !".

Moi j'insulte personne, mais je finirai en beauté (et en me faisant plein d'amies féministes, au passage !) :

Ugly bitches

Comme Mar_Lard, je termine en vous conseillant deux très bons articles sur le sujet :

Crédits photos : J’ai tipiaké la plupart des images qui illustrent cet article sur Google Images, via les suppôts de Satan que sont 4Chan ou Reddit (Fréquentés par la lie d’internet, d’après Mar_Lard) ou sur des sites "underground-j'suis-trop-un-hacker-tavu" comme jeuxvideo.com, Wikipédia ou YoupornYoutube. Même si j’ai fait quelques petits montages (et un graphique qui fait pleurer du sang), les images et photos appartiennent bien sûr à ceux qui les ont créées.

Catégorie : Geekeries

0

Crayon CommentaireAjouter un commentaire

Quelle lettre se situe après la lettre "n" ?

12345
gnjru