PuceLes jeux vidéo pour casus

Il y a quelques mois, j'ai rédigé un article sur le monde rose bonbon de Facebook dans lequel je soulignais le côté toujours politiquement correct et positif de la plate-forme. Pour rappel, et pour ceux qui n'ont pas de compte, sachez qu'il est mal vu d'avoir des idées à contre-courant de la pensée majoritaire surtout si celles-ci sont perçues comme négatives (ce qui est souvent le cas, forcément). Il faut donc être gentil, aimer son prochain, ne surtout pas avoir d'avis ou de parti pris, être transparent.
J'aurais pu étendre mon propos à d'autres sites car il est évident que l'auto-censure et le politiquement correct balayent de plus en plus toutes formes d'avis divergents ou contestataires (et donc forcément formulés par des individus hostiles) sur la toile, et sont même devenus le bras armé de chevaliers digitaux qui ne défendent plus la veuve et l'orphelin mais les pauvres internautes qui sont pris à partie au détour d'un forum ou d'une partie de jeux vidéo en ligne par un vieux con comme moi.

Un de ces chevaliers digitaux s'est fendu d'un article sur un célèbre site de jeux vidéo pour défendre ceux qu'on appelle les "casus" ou "casual gamers" (joueurs occasionnels en bon françois). Le terme "casus" est très péjoratif dans le milieu des gamers (les "vrais"), et les amalgames fait dans l'article d'Anagund m'ont donné envie de prendre mon clavier pour corriger quelques incohérences et donner mon avis de vieux joueur aigri.

PGM VS Casus
True Gamers versus Casuals : Round 1... Fight !

Je n'apprécie guère Anagund (son charisme proche de zéro et son style "journalistique" ne donnent pas franchement envie de regarder les vidéos dans lesquelles il apparaît) et d'une façon plus générale, je trouve que la qualité du contenu de jeuxvideo.com baisse de plus en plus (et je ne parle pas que des multiples fautes d'orthographe relevées à chaque visite), donc autant dire que ce qui va suivre sera plus que jamais subjectif, certainement considéré comme du troll par certains, mais cela n'engage que moi et ça tombe bien puisque j'écris sur mon blog.

Je tiens à préciser que je me qualifie de vrai passionné (je ne détaillerai pas mon parcours vidéoludique, ni ma collection), je ne suis donc pas sectaire : un bon jeu est un bon jeu quelle que soit la machine sur laquelle il tourne. En ce qui me concerne, les jeux en flash et les Free-to-play ne sont pas des jeux , mais des passe-temps pour les cas de constipation aigüe.

Candy Crush Saga
Candy Crush Saga, le jeu pour casual gamers au transit difficile

Je ne prétends pas avoir la science infuse ni écrire des articles de qualité, mais je vais faire ce que je sais faire le mieux sur mon blog : partager mon avis dont tout le monde se fout dans un article peu ou pas structuré ! Attention, cet article s'adresse à des personnes ayant quand même une bonne connaissance des termes employés dans le monde vidéoludique et / ou internet, les autres peuvent aussi s'abîmer les yeux sur ma prose pour apprendre des expressions comme "Tg FDP !" et ainsi briller en société (ou pas) !

On commence avec les termes sale noob ou gros campeur employés dans l'article, ce qui pourrait indiquer que les débutants ou les fans d'anti-jeu sont aussi des casus. Ce qui n'est bien sûr pas le cas, si on considère la traduction littérale de "casual gamer". Cependant l'inverse est possible (et presque logique) : à de rares exceptions près, un casu joue moins souvent qu'un gamer et est donc moins bon. Il représente donc souvent le noob (débutant) dans les jeux en ligne.
Le gros campeur, lui, peut tout a fait être un gamer confirmé (donc pas un casu) qui joue sa pute juste pour emmerder le monde. On parle aussi de "lamer". Il est intéressant de noter que parfois, le campeur a de bonnes raisons de camper pour protéger un site bombe dans Counter-Strike.

Campeur Counter Strike Source
Un campeur sur la map de_cbble (Counter Strike Source) avec son arme de prédilection : l'AWP

Ensuite, Anagund a remarqué (j'aimerais connaître ses sources) que les jeux guillerets ou familiaux comme les Mario sont classés parmi les jeux pour casus. Deux choses me gênent dans cette phrase.
La première - et non des moindres - est de classer les Marios dans les jeux pour casus. Les derniers épisodes, peut-être. Mais je ne l'affirmerai pas avec certitude, n'ayant pas testé ces jeux. Mais une chose est sûre : pour y avoir joué de nombreuses heures, Super Mario Bros 1, 2, 3 et Super Mario World sont tout sauf des jeux pour casus !
Deuxième chose : je ne dois pas être normal, mais je suis un vieux joueur qui ne catalogue pas un jeu sur son apparence ou ses graphismes. Et je connais pléthore de jeux aux graphismes guillerets qui sont relativement difficiles et demandent un investissement personnel pour progresser (donc pas de petite partie de temps en temps comme le ferait un casual gamer, mais de longues sessions d'échecs cuisants avant de passer aux niveaux supérieurs).

Rayman
Un exemple de jeu exigeant et pourtant guilleret et familial : Rayman sur PlayStation

Je passerai volontiers sur l'exemple Call of Duty (CoD) car je n'ai joué qu'aux trois premiers épisodes (Loin d'être mauvais, au passage). Mais Anagund le classe dans les jeux pour casus car cette série se vend par millions et est rabaissée par bon nombre de joueurs. Là, je ne vois pas le rapport. Les CoD ont une mauvaise réputation mais pas pour les raisons invoquées.
La première étant le manque d'innovation entre chaque épisode : Activision se fait un max de pognon en faisant le moins d'effort possible et les joueurs qui achètent ces pseudo-mises à jour de la licence se font insulter (à juste titre) par ceux qui ont encore assez d'amour-propre pour ne pas se faire avoir.
La deuxième bonne raison est que la communauté de joueurs qui jouent aux CoD est peuplée en majorité par des kikoos et des lamers.
Anagund insiste sur le fait que c'est la folie médiatique démesurée autour de l'épisode Modern Warfare qui a mis le feu aux poudres et engendré le mépris de nombreux gamers pour cette série. Je me trompe peut-être, mais n'est-ce pas des sites comme jeuxvideo.com qui encouragent et alimentent cette folie médiatique ? Les médias, c'est bien vous, non ?

Call of Duty
Un échantillon des jeux de la franchise CoD. C'est vrai qu'au bout d'un moment, 'faudrait ptet passer à autre chose...

Pourquoi donc les "vrais" gamers méprisent les "joueurs occasionnels" ? Parce que plus que tout autre loisir - et là, je ne donne que mon ressenti - la communauté "jeu vidéo" contient beaucoup plus de "vrais" passionnés que n'importe quelle autre communauté. Le passionné de jeux vidéo est aussi souvent passionné de séries, de mangas, ou d'animes pour lesquels il agit de la même manière : "Queuhaaa ? Tu n'as pas vu le dernier épisode de Game of Thrones en VO sous titrée en mandarin alors qu'elle est dispo depuis seulement 2 heures sur les réseaux de l'intraweb underground ? T'es pas un "Vrai" !". Le passionné est excessif dans sa passion et ne laisse rien passer au profane. C'est la même chose pour les jeux vidéo.

FPS à la manette
Je joue aussi bien sur PC que console. Mais les FPS, c'est quand même plus intuitif avec un clavier et une souris !

Je rejoins Anagund sur un point : il est dans la nature humaine de toujours vouloir se sentir supérieur aux autres. Il est alors facile pour les vrais gamers de se sentir supérieurs aux joueurs occasionnels si on prend en compte leurs connaissances vidéoludiques (même un esprit étriqué de gamer a plus de connaissances en la matière que l'esprit ouvert d'un joueur de Farmville), leur habileté ou leurs scores.

Mode de difficulté pour casual gamer
Pas facile de choisir son niveau de difficulté quand on est un casual gamer !

C'est pourquoi, pour moi, il n'y a pas une communauté, mais bien deux : les passionnés et les autres. Je comprends qu'on ne veuille pas se prendre la tête avec un jeu vidéo et jouer 15 minutes par jour dans les transports en commun. Ce qui me dérange, c'est que c'est en train de devenir la norme. Je suis passionné, et j'attends d'un jeu qu'il m'offre un vrai challenge, une vraie histoire avec des musiques recherchées et des mécaniques de jeu qui me font agir et non assister en spectateur à ce qui se passe à l'écran (Si en plus, c'est original, c'est encore mieux).

Grâce à (ou à cause de) la demande toujours plus forte des casus, les éditeurs ne font plus d'effort pour sortir des produits originaux et se contentent du minimum syndical. Résultat, les jeux ne correspondent plus aux attentes des gamers qui prennent pour cible les casus qui sont considérés comme la cause de la médiocrité des jeux actuels (heureusement, certains sortent quand même du lot).

Même l'invention des trophées et autres achievements (qui apportent un peu de challenge) peuvent parfois frustrer le gamer cherchant à finir son jeu à 100%. En effet, certains (voire beaucoup de) trophées sont d'une facilité déconcertante. S'il flattent l'égo du casual gamer qui pourra frimer avec sa poignée de récompenses obtenues, le vrai gamer restera sur sa faim en décrochant le trophée de platine (sur PS3, tout du moins) avant même d'avoir fini son jeu (Trine 2, au hasard).

Trine 2
Trine 2, un jeu magnifique dont le trophée de platine s'obtient très facilement en très peu de temps. Les casus doivent être contents !

C'était mieux avant (Il fallait bien que je le case dans ce billet !). Les exemples les plus flagrants sont les jeux dans lesquels il suffit de se cacher derrière une caisse en bois alors qu'on se fait tirer dessus pour guérir de ses blessures, comme par magie ! Ou ceux dans lesquels une touche suffit pour sauter au-dessus d'un précipice de 20 mètres de large en faisant un triple lutz piqué à l'atterrissage (des fois, le personnage saute même de lui même : il suffit d'avancer vers l'obstacle pour que la machine fasse sauter le personnage au bon moment).
Beaucoup de joueurs se souviennent du mythique Prince of Persia (1989) : un jeu d'une difficulté assez élevée qui aura mis nos nerfs à rude épreuve (une seule vie et 59 minutes pour finir le jeu). Ubisoft en a fait une franchise de jeux certes plaisants mais devenus bien trop faciles.

Ubisoft - Prince of Persia
Un slogan bien dans l'air du temps pour Ubisoft !

Avant, on avait Super Ghouls'n Ghosts sur SNES ou plus ancien : Teenage Mutant Ninja Turtles ou Megaman 2 sur NES. Les finir était une sorte d'exploit. Maintenant, finir un jeu demande beaucoup moins d'efforts.
Si c'était ça le problème ? Tout le monde veut tout, tout de suite, si possible sans faire d'effort. C'est la société du XXIème siècle. Je n'arrive pas à finir un jeu ? Surtout je ne me remets pas en question. Je jette et je passe au suivant. Avec les jeux pour casus, peu ou pas d'échec donc pas de frustration. Les jeux sont simples, pas difficiles, pas prise de tête.

Super Ghouls'n Ghosts
Super Ghouls'n Ghosts, une torture pour tout gamer normalement constitué !

Je me souviendrai longtemps d'un bel exemple de joueur occasionnel rencontré sur un forum. Le sujet traitait du jeu de rôle Resonance of Fate. Sans être très difficile, il nécessite quand même un minimum d'investissement pour en comprendre les mécanismes et progresser, contrairement aux derniers Final Fantasy qui assistent le joueur au maximum. Contenu de l'appel à l'aide de notre ami le casu : Je comprends rien a rien dans ce jeu.............J ai fait tout le didacticiel de l arene et ca ne m as pas beaucoup avance !!!!! Vivement FF XIII-2. Rien à ajouter.
Pendant ce temps, je désespère de retrouver un jour la qualité des premiers Final Fantasy. Avec ce nouveau type de joueurs, c'est loin d'être gagné !

Resonance of Fate
Resonance of Fate, un jeu au gameplay un peu plus complet que d'autres jeux du même genre, mais encore trop compliqué pour les joueurs occasionnels qui déconnectent leurs cerveaux quand ils jouent.

Anagund termine en se demandant : si on n'a aucune prétention, pourquoi on devrait se faire insulter parce qu'on ne joue qu'occasionnellement ?. Pour moi, si un casu se sent insulté quand un gamer le qualifie de casu, c'est qu'il a justement la prétention d'être un vrai gamer. Un casu qui joue occasionnellement n'a qu'à s'assumer : c'est un joueur occasionnel, dont la dextérité et la connaissance vidéoludique ne valent pas celles d'un vrai gamer.
Anagund se sent apparemment visé, ce qui expliquerait ses piètres vidéos journalistiques dans des conventions comme l'E3 ou les fameux Gaming Live (qui ne sont plus ce qu'ils étaient... Ca aussi, c'était mieux avant !).
Il avance même que S'y connaitre en jeux vidéo ne veut pas dire grand chose. Etrange, quand on lit sur les profils requis pour postuler chez jeuxvideo.com : "Bonne culture vidéoludique". Si "Bonne culture vidéoludique" veut dire connaître tous les plagiats de la société King sur le bout des doigts et l'ensemble des jeux flash disponibles sur Facebook, ça fait peur pour l'avenir du site !

Puceau à 37 ans
"Hardcore Gamer". Une façon plus élégante de dire "Encore puceau à 37 ans".
Dieu merci, j'en suis pas rendu là, par contre sa collection est sympa !

Bref, jeuxvideo.com a le public qu'il mérite. Avec une ligne éditoriale de plus en plus proche du (jeune) public qui parcourt le site, pas étonnant de se retrouver avec ce genre d'article en Une de la page de news. Personne ne m'oblige à m'y connecter, c'est vrai. C'est juste dommage qu'un site qui n'était pas trop mal il y a quelques années glisse doucement vers la qualité des jeux qu'il défend : les jeux pour casus.
jeuxvideo.com : bientôt un site pour casus ? [troll]Pourquoi "bientôt" ? C'est déjà le cas...[/troll]

Crédits photos : Les images et photos proviennent de Google Images et Youtube excepté True Gamers versus Casuals qui est un petit montage Photoshop et le campeur dans CS : Source qui est une capture d'écran d'une de mes (nombreuses) sessions de jeu.

Catégorie : Jeux vidéo

0

Crayon CommentaireAjouter un commentaire

Quelle lettre se situe en première position ?

12345
qaryo