PuceLa lente agonie de jeuxvideo.com

Il était une fois un joueur comme il en existe des milliers : passionné par l'informatique et les jeux vidéo. A 22 ans, alors qu'il devait probablement être humilié par un jeu récalcitrant, il a eu l'idée de créer un recueil d'aides en tous genres pour que ses semblables puissent avancer dans leurs jeux.
En effet, à cette époque (1995, pour être précis), la fin d'un jeu se méritait et il fallait transpirer un peu pour pouvoir y parvenir (et flamber devant les potes). C'est ainsi que Sébastien Pissavy a créé l'Encyclopédie des Trucs et Astuces de Jeux Vidéo (ETAJV), diffusée dans son entourage proche sur disquettes 3 pouces ½.

ETAJV
La version 4.40 de l'ETAJV. Ca nous rajeunit pas !

L'ETAJV connaît un succès grandissant au fil des mois et après un passage par le minitel, l'entreprise L'Odyssée Interactive est créée par Sébastien Pissavy et deux de ses amis (François Claustres et Jérôme Stolfo) début 1997. Quelques mois plus tard, jeuxvideo.com était né. Un des premiers sites français consacrés aux jeux vidéo qui aura fait le bonheur de nombreux gamers pendant environ 10 ans. Pendant toute cette période, le site s'est étoffé, de nouveaux contenus sont apparus, l'interface a été modifiée et surtout, les premiers rachats des parts de l'entreprise ont eu lieu. En 2000 avec Gameloft et en 2006 avec Hi-Media.

Comme souvent quand on commence à parler pognon, c'est là que ça dégénère. En 2014, Webedia rachète toutes les parts de L'Odyssée Interactive pour 90 millions d'euros et devient donc actionnaire à 100% (On est partis de quelques fichiers sur disquettes qui valaient... 0 euros, je le rappelle).

Pour avoir une certaine ancienneté sur le site (12 ans et 2 jours très exactement), je peux comparer ses évolutions au fil du temps. Et je dois dire que depuis 2010, si les évolutions cosmétiques ne m'ont pas dérangé outre mesure, le contenu, lui, s'est bien dégradé au point de se retrouver aujourd'hui proche de la bouche d'égout (et dégoût). Un récent topic sur le forum de la communauté a été "la goutte d'eau" pour beaucoup de gamers, et je dois dire que ça m'a motivé à écrire ce billet que je remettais toujours à plus tard après avoir vu la vidéo de présentation de Respawn avec Cédric Mallet (Directeur Général de jeuxvideo.com).

Directeur Général
Oui : à droite, le truc nonchalant, le coude posé sur la table, c'est bien le DG de jeuxvideo.com. Et à gauche, le truc constipé, c'est un membre de la communauté censé poser les questions que tout le monde se pose (ou pas) au big boss.

Pour résumer, un internaute pousse un (énième) coup de gueule sur ce qu'est devenu jeuxvideo.com. Jusque là : rien d'inhabituel, la majorité des utilisateurs venant sur ce site se plaignent régulièrement des changements apportés par la version Respawn et préfèrent comme c'était avant. Certains affirment même que C'était mieux avant !. A croire qu'ils sont tous comme moi : des vieux joueurs aigris réfractaires au changement (quand ce changement dégrade l'existant, bien entendu. Ce qui est souvent le cas, et dans beaucoup de domaines). Je me sens moins seul, tout à coup !

Quelques posts plus loin, le rédac' chef (Rivaol) répond aux critiques avec une langue de bois que n'aurait pas renié un homme politique. On notera qu'il fait l'effort de répondre, c'est déjà pas mal.

Réponse Rivaol
Un commentaire parmi d'autres suite à la réponse de Rivaol. J'avoue, j'ai bien ri.

Et c'est au 13ème post (le hasard fait bien les choses !) que l'équipe de la chronique After Bit - qui traite de la musique dans les jeux vidéo - en profite pour dénoncer ses conditions de travail et le peu de reconnaissance de ses employeurs / clients (Ceux qui lui versent une obole, quoi). En effet, les vues sur les chroniques du site baissent depuis plusieurs mois. Ces derniers ont donc envoyé un mail le 27/07/2015 à tous les chroniqueurs "indépendants" (des youtubeurs pour la plupart), demandant à tout le monde de trouver un concept ou une idée pour faire revenir les internautes sans quoi leur contrat ne serait pas reconduit.
Il n'en fallait pas moins pour que la communauté s'enflamme et jure de ne plus revenir sur le site. Chose que je ne ferai pas, car je sais que tôt ou tard, j'y reviendrai "pour voir si le site s'est amélioré", sachant que "tôt ou tard" signifie "à peu près tous les jours". Oui, j'aime me faire du mal en constatant, jour après jour, que rien ne change ou que le contenu se dégrade un peu plus (des fois, je me demande si c'est encore possible, et il s'avère que oui. 'sont forts chez jvc !).

Jeuxvideo.com, c'était quoi avant ? Un site pas trop moche, plutôt ergonomique avec des petites fonctions sympas, géré par une équipe de passionnés qui produisait du contenu bien foutu et souvent intéressant. Des chroniques, des vidéos, des dossiers, un humour pas trop lourd, c'était plutôt complet sans pour autant noyer littéralement l'internaute sous des tonnes d'informations.
Je passerai sur la pub, sinon je pourrai devenir désagréable, mais les SJW diront qu'il faut bien bouffer et qu'un site gratuit qui emploie des salariés, il faut bien qu'il vive de quelque chose. Et pour une fois, ils n'ont pas tout à fait tort (même si cette diarrhée audiovisuelle provoque en moi des réactions épidermiques). Je passerai aussi sur certaines communautés composées d'individus ayant pour la plupart moins de 20 ans et faisant fondre régulièrement mes yeux en postant des commentaires ou des sujets dans les forums écrits en SMS / kikoo / analphabète. Bref, c'était quand même cool.

Ancien jeuxvideo.com
jeuxvideo.com en mars 2014, juste avant qu'il ne devienne le contraire d'ergonomie (soit 1/ergonomie, pour les matheux)

Jeuxvideo.com, c'est devenu quoi ? Un site toujours "pas trop moche", pas du tout ergonomique, les fonctions sympas (comme le quizz qui permettait de gagner des points pour décrocher un lot) ont disparu, d'autres fonctionnent à moitié (les avis des lecteurs sur les jeux : mes derniers avis ne s'affichent pas sur mon profil), les news sont bien trop nombreuses (pour générer du clic) et ne présentent aucun intérêt 3 fois sur 4 et surtout : le site est géré par des incompétents, dénués de toute passion (ou ils l'ont encore mais comme c'est le patron qui décide, on se résigne à faire de la merde) qui produisent du contenu inintéressant faisant apparaître des fautes çà et là (Relire, c'est fatiguant et ça coûte cher).
Comme le dit d'ailleurs Cédric Siré (PDG de Webedia) : on fait du divertissement et non de l'information. Ceci explique cela. Exit les informations pertinentes sur un loisir qui passionne des millions de personnes. Maintenant, on a ça :

Pub lunettes
Non, ce n'est pas un rêve : il y a bien une "news" qui nous informe qu'il y a une promotion de 15% sur des lunettes solaires... sur un site de jeux vidéo !

Un des rares contenus qui restent bons dans la nouvelle version de jeuxvideo.com sont les chroniques. Au départ diffusées sur Youtube, leurs créateurs voulaient plus de visibilité et se sont donc mis d'accord avec jeuxvideo.com pour diffuser leurs contenus sur le site.
Si l'idée était bonne, ça s'est vite retourné contre eux si l'on en croit les propos de l'équipe d'After Bit : des heures bien au-delà des 35 heures / semaine, payées une misère (bien sûr) et une obligation de résultat en nombre de vues.
Même le reste du contenu est touché. Le jour où j'ai écrit ces lignes, 51 news étaient postées vers 21 heures. Sur ces 51 news, 20 ont été écrites par des stagiaires, 1 par un freelance et 1 par un sponsor. Soit environ la moitié écrites par des journalistes salariés de jeuxvideo.com. C'est tellement plus simple de sous payer (quand ils sont payés) des stagiaires pour faire le boulot : Vous faites un stage et vous voulez une rémunération ? Mais estimez-vous heureux de bosser gratuitement... Ca vous fait de l'expérience ! (Du vécu par ma femme dans une entreprise de matériel agricole...)

Nouveaux rédacteurs jvc
Les nouveaux rédacteurs de jeuxvideo.com. Pour un contenu de qualitay... ou pas !

Ajoutez à cela le lecteur vidéo "maison" qui vous oblige à télécharger la vidéo sur votre PC pour pouvoir la lire sans saccades ou à aller la visionner sur Youtube si elle est disponible,

Lecteur vidéo JVC
A gauche le lecteur vidéo useless de jeuxvideo.com et à droite, Youtube qui fonctionne nickel

Des chroniqueurs pathétiques et sans charisme (mention spéciale aux Gaming Live et aux vidéos des différentes conventions),

GL Unfinished Swan
Un exemple parmi d'autres : dans le Gaming Live de The Unfinished Swan, Logan dit à Anagund : Tu peux jouer avec ton stick. S'en suit une minute de fou rire digne d'une cour de récré (lolilol, il a dit Stick !)
Anagund
Anagund, la classe incarnée... ou pas. Chaque fois que je le vois ou que je l'entends, j'ai envie de distribuer des baffes.

Et vous obtenez le jeuxvideo.com d'aujourd'hui : un beau gâchis, sacrifié sur l'autel du dieu pognon. Triste.

Suite à cette affaire, j'ai écrit ce billet "à chaud", car comme beaucoup, jeuxvideo.com faisait partie de ma vie quotidienne. Mon billet peut sembler déstructuré, quelques fautes peuvent subsister, mais j'y ai passé ma soirée jusqu'à 3 heures du mat'. Son contenu est donc "brut".
Il y a encore quelques années, je prenais plaisir à surfer de chroniques en dossiers, à lire les news ou regarder les Gaming Live avec Franck Guillaume, que toute la communauté regrette mais qui a été viré quand il a commencé à prendre trop de place (Si vous cliquez sur ce lien, il parle de l'affaire à 40min). Aujourd'hui, je lis les titres de news en travers pour avoir une idée de l'actu vidéoludique et basta. Ce site n'a (presque) plus d'intérêt.
Ca me rappelle la mort du magazine Joypad en 2011 qui, comme par hasard, a fait suite à son rachat par une grosse société d'édition, elle-même plusieurs fois rachetée / fusionnée, mais qui a toujours fini en redressement judiciaire. De là à imaginer que c'est le sort qui attend Webedia, il n'y a qu'un pas. Je dirais même plus : j'espère profondément que c'est ce qui arrivera.

Pour avoir fait de jeuxvideo.com ce qu'il est aujourd'hui : merci connards !

Futur de JVC
La page d'accueil de jeuxvideo.com dans quelques mois vue par un utilisateur talentueux. C'est à peine exagéré, malheureusement.

Mise à jour du 31 Juillet 2015 : Malgré mes recherches assidues pour ne pas écrire trop de conneries, il semblerait que Cédric Mallet (DG de jeuxvideo.com) ait été poussé vers la porte par Cédric Siré (PDG de Webedia) pour le remplacer par Cédric Page (Fondateur de millenium.org, notamment). Trop de "Cédric", on s'y perd !
Bref, ce monsieur est chef du "Département gaming de Webedia". Rien que ça. "Département" qui regroupe jeuxvideo.com, millenium.org et IGN France. Trois sites contaminés par Webedia (et donc à fuir comme la peste).

2ème chose plus intéressante : Maxime Robinet, à l'origine de l'excellente chronique Le Fond de l'Affaire, a pris la parole dans une vidéo de plus d'une heure pour expliquer ce qui s'est passé avec les chroniqueurs de jeuxvideo.com et sa vision des choses, non sans une certaine dose d'humour. Et il en faut quand il détaille cette triste réalité.

Crédits photos : Comme d'habitude, les images et photos proviennent de Google Images, Youtube et jeuxvideo.com, forcément (je ne ferai pas de lien, vous saurez retrouver sa trace à l'odeur qu'il laisse sur internet). J'ai fait quelques montages sous GIMP, mais toutes ces images restent la propriété de ceux qui les ont créées.

Catégorie : Web

0

Crayon CommentaireAjouter un commentaire

Quelle lettre se situe après la lettre "z" ?

12345
ymznb